"Nouveau millénaire, Défis libertaires"
Licence
"GNU / FDL"
attribution
pas de modification
pas d'usage commercial
Copyleft 2001 /2014

Moteur de recherche
interne avec Google
Quand l'Afrique viendra nous civiliser
entretien avec Serge latouche

Origine : http://www.lalignedhorizon.org/html/textes/sl/entretiencharliehebdo2000.htm

Paru dans Charlie hebdo-mercredi 21 juin 2000

"L'économie africaine n'est pas fondée sur une logique marchande mais sur le lien social"

Serge Latouche est professeur d'économie. Spécialiste de l'Afrique, il tente de comprendre comment un continent qui aurait dû être détruit par la guerre économique mondiale parvient malgré tout à s'en sortir. Dans son dernier livre1, il raconte une Afrique sans coups d'état, sans guerre civile, où les gens réinventent en permanence l'économie sociale. Une Afrique qui pourrait nous apprendre à nous en sortir, nous aussi, quand le marché nous aura explosé au nez.

Charlie Hebdo: Les Africains seraient-ils plus heureux qu'on ne le croit?

Serge Latouche: Si l'on se fie aux rapports de la Banque mondiale, c'est fluctuant : une année l'Afrique est au fond de la misère, l'année suivante ça décolle, après ça retombe dans la misère... C'est normal, la Banque mondiale essaye d'avoir une vision vaguement optimiste, ne serait-ce que pour montrer que ses plans d'ajustement structurels donnent des résultats. Mais, de temps en temps, il lui faut quand même se réajuster sur la réalité. Et la réalité est catastrophique, puisque les indices économiques de l'Afrique sont dérisoires. Aujourd'hui, elle représente un peu plus de 1% du PNB mondial, Afrique du Sud comprise. Autrement dit, rien. Alors, comment peut-on vivre avec rien ? C'est un paradoxe, pour un économiste.

Donc, il y a un truc ?

Oui. l'Afrique vit hors économie, essentiellement par la débrouille. Et cette débrouille fonctionne en grande partie sur une logique non marchande, du don, de la réciprocité. J'ai tenté, sur une banlieue de Dakar, de mesurer les résultats de ce système en faisant une évaluation économique « à l'occidentale » : ça multiplie le niveau de vie de trois à cinq fois. Comme on part de très bas, ce n'est pas la prospérité, mais ça explique pourquoi on voit des gens qui font la fête, des enfants souriants. Et qui ne sont pas tous faméliques...

Mais les famines, les guerres civiles, c'est une réalité.

C'est vrai, mais l'Afrique n'en a pas le monopole. Si l'on veut faire des statistiques macabres, compte tenu de la taille du continent, le nombre de massacres n'y est pas tellement supérieur à la moyenne mondiale. Ce qui est supérieur à la moyenne mondiale, c'est l'image qui est donnée de l'Afrique. Elle n'est vue que comme le lieu de la corruption, des guerres civiles, des génocides, des coups d'État militaires. Les rapports de la Banque mondiale épinglent toujours la corruption des chefs d'État africains. Mais la corruption, c'est la chose au monde la mieux partagée. On voit l'Afrique à travers une grille de lecture fortement ethnocentrique. D'ailleurs, si, au lieu de lire les économistes, on lit les anthropologues, on a une vision totalement différente.

« La famille,c'est en moyenne trois cent personnes »

Existe-t-il un " système économique " africain ?

Il y a une société africaine, dans laquelle il y a ce que nous, nous considérons comme de l'économie. Et, bien évidemment, elle est atypique, puisque la production de biens et de services est totalement insérée dans la vie sociale. Les gens ne font pas la séparation entre ce qui serait social et ce qui serait économique. Dans les banlieues africaines, où les activités salariées sont quasiment inexistantes, les gens se livrent à toutes sortes de trafics, d'échanges, de cadeaux, de contre-dons. On trouve des individus qui ont une façade officielle, qui s'intitulent par exemple menuisier-parce qu'ils ont eu une formation plus ou moins professionnelle en la matière mais qui feront tout autre chose que de la menuiserie. D'où certains malentendus lorsque des experts bien intentionnés viennent leur dire que, pour développer leur production, améliorer leur chiffre d'affaires, ils doivent rationaliser leur activité... Évidemment, ça ne marche pas, puisqu'en fait ces menuisiers n'en sont pas vraiment. Et c'est un peu la même chose pour tout.

Notre logique économique est donc à côté de la plaque?

Complètement. On a implanté en Afrique des entreprises modernes : la plupart ont fait faillite, faute de clients. Comme Bata, à Dakar, par exemple. Ça ne veut pas dire que les Sénégalais ne portent pas de chaussures, mais il y a des centaines de petits artisans qui, avec des pneus de récupération, font des chaussures faut à fait fonctionnelles à des prix défiant toute concurrence. De la même façon, les transports publics, quand ils fonctionnaient, fonctionnaient à perte. Alors, bien évidemment, la Banque mondiale a dit : "ce n'est pas rentable, il faut les privatiser". Et comme ça n'intéresse personne d'acheter une ligne de bus, il n'y a plus de transports publics. Mais il y a des camions bringuebalants, peinturlurés, dans lesquels, pour quelques centimes, on peut faire 10 ou 15 km. La logique économique occidentale a échoué, mais les besoins fondamentaux de la population sont assurés par l'économie de la débrouille. Et cette économie peut fonctionner là où la nôtre ne fonctionne pas, précisément parce qu'elle repose sur des réseaux sociaux Ça se passe en quelque sorte en famille, dans une société où la famille, c'est en moyenne trois cents personnes.

Mais les Africains n'ont-ils pas envie d'avoir des grosses bagnoles, des magnétoscopes, des portables ?

Bien sûr que si, ils en ont envie. On est malgré tout dans le village mondial, avec des images qui circulent, la publicité, et les désirs qui vont avec. Et même si l'Afrique ne peut plus matériellement représenter un marché important pour le reste du monde, il n'empêche que les multinationales ne dédaignent pas ce marché, si minime soit-il. C'est ainsi que depuis quelques années, alors qu'on a pris des mesures draconiennes, en particulier aux États-Unis, contre les trusts de fabricants de cigarettes, ces mêmes trusts ont multilié par 10 leurs ventes en Afrique . Et évidemment, aucune loi pour défendre le consommateur. Les sollicitations pour les produits pour lesquels on peut encore trouver un marché - cigarettes, alcool et, pour une petite clientèle, les voitures, les télés - sont énormes. Mais les gens qui n'en ont pas n'en souffrent pas. En tout cas, ils en souffrent beaucoup moins, me semble-t-il, que dans d'autres régions du monde.

" L'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature"

Dans nos banlieues, par exemple ?

Oui. Ou dans les banlieues des villes latino-américaines, où la solitude est beaucoup plus forte, où la perte du sens de la collectivité est plus grande et où, par conséquent, la nécessité de produits de consommation se fait bien plus sentir. En Afrique, on n'est jamais seul. Chaque fois que je vais dans une maison africaine, je vois toujours vingt ou trente personnes agglutinées devant un poste de télé. Et même si chaque Africain avait son téléviseur, ce qui est peu pensable, ils continueraient à se mettre à vingt ou trente autour. Parce que, regarder la télé, ce n'est pas le rapport d'un individu face à une image, c'est un cérémonial collectif. De la même façon, si chaque Africain avait son automobile, on s'entasserait quand même à sept ou huit dedans.

Est-ce qu'on peut dire quand même que l'Afrique est occidentalisée ?

Oui, largement, tout en restant très africaine. Aujourd'hui, l'occidentalisation s'appelle mondialisation. Au siècle dernier, on ouvrait le marché avec des canonnières, aujourd'hui, plus besoin de canons, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se chargent d'ouvrir au forceps les économies réticentes. En fait, l'occidentalisation de l'Afrique, ça veut dire d'abord la plonger dans la guerre économique mondiale. Et elle n'est pas armée pour se défendre. Une des récentes décisions de l'Union européenne, comme vous le savez, a été de décréter que le chocolat est un produit dans lequel il n'y a pas de graisse de cacao. Ce qui a pour effet de plonger l'économie de la Côte d'Ivoire, ou du Ghana, dans une situation encore plus dramatique. La conséquence, c'est que certains planteurs ont décidé d'arracher leur cacao et de planter du haschich. Il y a un bel avenir pour l'Afrique dans l'économie mondiale, mais dans l'économie occulte et criminelle. D'ailleurs, certains pays, comme la Somalie, se sont déjà lancés dans cette voie, avec l'industrie de l'enlèvement, la réception de produits à haute toxicité, la drogue, etc.

Imaginons que notre système économique s'effondre. Le " modèle " africain peut-il apporter une solution ?

Oui. D'abord aux Africains, puisqu'il a fait ses preuves sur place. Il a démontré que l'Afrique était capable de survivre, même en étant économiquement détruite et inexistante. Cette expérience peut servir à d'autres sociétés qui seraient dans une situation dramatique comparable. Les sociétés africaines, malgré toutes les destructions qu'elles subissent, ont toujours tendance à se reconstituer sur le primat du social, en partant du principe quel'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature, à laquelle il doit arracher ses marchandises, mais que la production de nourriture, de biens, est d'abord un problème collectif. Et non le problème d'un Robinson Crusoé abandonné tout seul sur une île,comme le prêche le capitalisme. Ça ne veut pas dire que si, demain, notre système s'effondre, nous soyons capables d'appliquer la solution africaine. Car, pour le coup c'est nous qui sommes beaucoup moins armés: il nous faudrait réinventer, retrouver le lien social et, au sein de ce lien social, produire les biens et les services dont nous aurions besoin. Peut-être serions-nous obligés de faire appel à des experts africains. Ça changerait...

"Il y a une leçon à tirer de l'Afrique"

En gros, c'est : le jour où les Africains viendront nous civiliser...

En quelque sorte. J'imagine tout à fait des éleveurs massaï venant nous expliquer que la beauté des bêtes, c'est beaucoup plus important que d'en faire des usines à lait. L'Afrique, dans la logique de la globalisation, aurait dû être rayée de la carte. Malgré tout, elle survit. A partir de là, il y a une leçon à tirer. Cela ne veut pas dire que c'est un modèle de vie ou de société, il n'y a pas que des choses formidables dans la culture africaine, et la soif de pouvoir existe chez tous les humains. Simplement, dans une situation de crise, il y a peut-être, de la part de ceux que nous avons situés au plus bas dans l'échelle du mépris, quelque chose à entendre.

Propos recueillis par Gérard Biard


1- L'Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel).


adidas Chaussures Climacool 1 BA7159 adidas soldes EtMhCcCt

SKU-16263-myc506
adidas Chaussures Climacool 1 - BA7159 adidas soldes EtMhCcCt
adidas Chaussures Climacool 1 - BA7159 adidas soldes

Palau Climent C/ Montcada, 32 3a planta | 43500 Tortosa Chaussures Converse All Star blanches Fashion homme lE49v23A1
Fax. 0034 977 44 54 00

Découvrez les XVIII Jeux Méditerranéens Tarragona 2018. Cliquez ici:

Découvrir

Fly London Coop043fly Bottes Chelsea Femme Rouge Red 39 EU Rouge (Red) sysZxMyCG

Activités

Basket Moto Ixon Speeder gRD2BTorR

Salomon X Ultra Prime CS WP W Chaussures Randonnée NAXHtD

Experiences/ Plans

Bulletin électronique

adidas Chaussures Climacool 1 BA7159 adidas soldes EtMhCcCt

SKU-16263-myc506
adidas Chaussures Climacool 1 - BA7159 adidas soldes EtMhCcCt
adidas Chaussures Climacool 1 - BA7159 adidas soldes
Vous n’êtes pas encore connecté(e). Veuillez vous connecter pour pouvoir profiter de vos conditions particulières.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Ratione ab atque quas et iste, veniam ea quod, consectetur minus deserunt quasi asperiores, harum ipsum. Iure, unde, sequi. Voluptate, nemo nobis.

On reconnaît les nombres quantiques secondaire l {\displaystyle l} , correspondant aux sous-couches s, p, d, f et m, magnétique, de l'atome d'hydrogène. Le nombre quantique principal n {\displaystyle n} n'apparaît pas car les modes radiaux sont différents selon le problème étudié, résonance acoustique, atome d'hydrogène ou autre.

Pour montrer la concordance avec la littérature, l’expression des harmoniques sphériques est donnée sous chaque sphère. Le nombre et la valeur des zéros des polynômes de Legendre associés, non normalisés, donne le nombre de parallèles et leur position sur l’axe vertical. L’exponentielle imaginaire exp ( i m ϕ ) {\displaystyle \exp(im\phi )} , de module unité, utilisée habituellement au lieu des sinus et cosinus, donne le nombre de méridiens. Les valeurs de l 4 {\displaystyle l\geq 4} ne s’observent que dans les états excités ou les atomes de Rydberg où la valeur habituelle de l {\displaystyle l} est 50 et dont l'orbitale est représentée non par une sphère mais par un anneau [ 3 ] .

On peut représenter les harmoniques circulaires de trois manières:

Dans le plan, la décomposition s'écrit:

Y 0 {\displaystyle Y_{0}} est une fonction constante, la courbe représentatrice en Varomed Parme Marron Mocca 47 EU OYPGrA
r = Y 0 ( θ ) {\displaystyle r=Y_{0}(\theta )} est donc un cercle de rayon r 0 {\displaystyle r_{0}} .

Le gouvernement de Taïwan a récemment ouvert les lignes de bateaux pour rejoindre la province du Fujian en République populaire de Chine .

Il est possible de rejoindre les îles taiwanaises par bateau. L’île des Orchidées ( Lanyu ) est accessible au départ de Kenting et de Taitung . Le départ pour l’île verte ( Ludao ) se fera aussi de Taitung meme si certains petits bateaux proposent des trajets entre Chaussures Chatham bleues Casual homme B7gQGemMV
et Ludao . Pour accéder a l’île de Geox U Kapsian D Bottes Chelsea Homme Gris Anthracite 41 EU Geox U Kapsian D Gris (Anthracite) 4KVeB4gRZX
, il est possible de prendre un bateau au départ de Bottes Mellow Yellow Clabox pour Femme yFGeP
ou Chiayi . La plupart des îles sont accessibles Par avion .

Les aéroports suivant ont des vols planifiés et des lignes commerciales.

Le train à grande vitesse relie le nord au sud de l'île sur la côte ouest.

Probablement le meilleur moyen de se déplacer en Taïwan sur des longues distances. Les autocars sont très confortables: fauteuils larges, écrans individuels, parfois jeux vidéo. Le trajet Hsinchu→Tainan coûte par exemple 600 NTD pour 3 heures de route.

Le trafic est assez chaotique (attention aux scooters). Possibilité de conduire avec un permis français et un permis international pendant un séjour de tourisme; pour un long séjour (plus d'un an), il faudra passer par un permis taïwanais.

Le chinois mandarin est la langue officielle, mais il est surtout parlé dans le nord. Dans le sud, c'est un dialecte, le Min-nan ou taïwanais, qui est parlé par la majorité de la population.

La plupart des Taïwanais ne parle pas, ou très mal, l' anglais (hormis les citoyens fréquemment en contact avec les étrangers). Avant de prendre le taxi, mieux vaut demander à l'hôtesse d'accueil de l'hôtel d'écrire la destination en chinois sur une feuille.

Billet de mille nouveaux dollars de Taïwan

La monnaie de Taïwan est le nouveau dollar de Taïwan (元, NT$, dollar, yuan,TWD)

La culture culinaire est à l'image de l'histoire de Taïwan. L’île est en effet reconnue comme capitale gastronomique de l'Asie. On y mange très bien, pour tous les prix, du petit restaurant local au restaurant gastronomique. La cuisine taïwanaise a d'abord été influencée par la cuisine aborigène, puis chinoise, ensuite japonaise etc. Aujourd'hui on y trouve de tout, du steakhouse américain jusqu'aux crêpes bretonnes. Pour trouver un bon restaurant, il est possible de se fier au nombre de personnes attendant devant ou se trouvant dans le restaurant. Le prix des restaurant locaux varient de 50 TWD (repas simple) a 600 TWD (repas élaboré)

Ne manquez pas les boites de nuits taïwanaises. Ce sont des endroits de rencontres intéressants ou les cultures se rencontrent au rythme de la nuit. À Taipei, il y a de nombreuses boites de nuit pour tous les ages.

Palau Climent C/ Montcada, 32 3a planta | 43500 Tortosa Igi amp;co Chaussures DHN 8798 Igi amp;co soldes 7lPqx
Fax. 0034 977 44 54 00

Découvrez les XVIII Jeux Méditerranéens Tarragona 2018. Cliquez ici:

Découvrir

Comment se rendre

Activités

Où loger

Agenda

Experiences/ Plans

Bulletin électronique